Inde du sud

KER P1130057

Nous laissons l’agitation de l’Inde du Nord pour le calme de la campagne du Kerala. De belles maisons colorées, des villes plus propres, des indiens souriants, loin de l’épuisant racolage marchand.

PARCOURS KERALA

Sur le quai de la gare, nous nous renseignons auprès d’un indien, Biju. Il fera le trajet avec nous, le temps de partager un peu, de nous donner quelques conseils pour la visite du Kerala. Plus tard, nous lui adressons les photos prises dans le train et en retour il nous invite à l’appeler pour venir chez lui lors d’un prochain séjour en Inde. Le voyage où comment faire des rencontres !

 

Impatients de découvrir ces nouveaux paysages, nous posons nos sacs et partons aussitôt à la découverte des canaux, direction Munroe Island, petit village composé essentiellement d’agriculteurs et de pêcheurs.

Après un trajet d’environ 45 mn en auto-richshaw,

20160131_151449
Pilote de Formule 1

munroe island

le passage de la rivière avec le bac,

20160131_145003

nous embarquons à cinq, un couple d’américains et Andrees, ce dernier ayant quelques difficultés à définir sa nationalité !

KER P1120644

C’est comme dans les reportages ! Loin des bruits de la ville, dans un écrin de verdure, à l’écoute de notre guide et batelier, nous nous laissons porter.

KER P1120612

Au programme, les cocotiers, les palmiers, les bananiers, les ananas, les manguiers…

On sait pourquoi la cuisine est parfumée et épicée : poivre, gingembre, cannelle, manioc, clou de girofle, curry, vanille, curcuma…

KER P1120653
Poivrier

KER P1120720

20160131_153341

KER P1120650

20160131_163949

KER P1120668

KER P1120678

KER P1120840

20160131_164244

KER P1120731

KER P1120735

Retour en ville. Partout la faucille et le marteau, même sur les aménagements urbains !

KER P1120761

Nous regagnons Alappuzha en bateau, 8 h de trajet au coeur des backwaters. C’est un enchantement. Dans une végétation luxuriante nous croisons les houseboats, de jolies pagodes, des pêcheurs… La lumière est belle.

KER P1130054

KER P1120874

KER P1120846
Les carrelets

KER P1120806

20160201_094024

KER P1130008

 

KER P1120856

KER P1130005

KER P1130029

KER P1130010

A Fort Cochin, c’est pas la pêche à la mouche, c’est la mouche sur la pêche, nous resterons sur des menus végétariens !

KER P1130064

 

KER P1130093

KER P1130107

KER P1130074

KER P1130108

Fort Cochin c’est aussi les pièges à touristes, alors courage, fuyons !

Le trajet pour rejoindre Kalpetta est éprouvant. 5h de train et 2h de bus (c’est une première !). Pas de fenêtre, la porte se ferme avec une corde qui fait fonction de groom. Un employé est chargé des encaissements, le chauffeur n’étant dédié qu’à la conduite ! Nous sommes souvent surpris par le fractionnement du travail, quand en France une personne suffirait, en Inde il y en a quatre.

La conduite est sportive pour ne pas dire dangereuse !

KER P1130154

20160204_140257

20160204_140346

A Kalpetta, nous trouvons le marché aux poissons…

20160204_191239

mais aussi quelques étals de viande. Même combat, nous restons au végétarien !

20160204_191323

Nous sommes à Wayanad Wildlife Sanctuary, une réserve forestière. L’endroit est magnifique. Paysages de montagnes, de rizières, de palmiers à bétel, de bambous, de terre rouge, de plantations de gingembre, d’hévéas, de cardamone, de poivre et de café.

Départ à 5h30 du matin, à la rencontre des éléphants sauvages… A en croire les monticules qu’ils laissent sur la route, on sait qu’ils sont là, mais c’est tout ! Nous ne verrons pas la trompe d’un éléphant. A l’exception des daims, des écureuils géants, des singes, les autres espèces comme le tigre ou le léopard ne nous ferons pas l’honneur de leur rencontre !

KER P1130188

KER P1130220

KER P1130180

KER P1130233

Nous sommes au coeur des ghâts occidentaux et cette réserve naturelle nous offre néanmoins une multitudes d’autres choses. Les grottes de Edakkal avec ses pétroglyphes. La vue sur Wayanad se mérite car ça grimpe sec !

KER P1130259

Là encore, une végétation extraordinaire. Manioc, poivre, cardamone, café, anacardier…

KER P1130310
Manguier
KER P1130264
Caféier

KER P1130271

P1130244

KER P1130274
Séchage du poivre sur des nattes de coco

 

KER P1130224
Gingembre

et à perte de vue, les plantations de thé.

KER P1130288

KER P1130297

KER P1130313

KER P1130293

KER P1130306 (2)

Retour à la ville à l’ambiance plus trépidante, Mysore. Attention les yeux, nous arrivons sur le marché de Devaraja !

KER P1130445

KER P1130399

KER P1130392

KER P1130413

KER P1130422

KER P1130411

KER P1130427

KER P1130432

KER P1130431

Ici presque toutes les femmes portent le sari. Les boutiques sont donc nombreuses… et les vitrines !!!!

KER P1130372

Nous terminons par la visite du palais du maharaja de Mysore. Un bijou ! Fresques, sculptures, mosaïques, miroirs, lustres, vitraux… On ne reculait devant rien. Et le soir, le palais s’illumine au moyen de milliers d’ampoules, c’est grandiose.

KER P1130471

Direction Bengalore que nous n’avons pas envie de visiter, trop de monde, trop de bruit, peut être aussi trop de fatigue. Nous quittons l’Inde. Gageons que cette première expérience ne sera pas la dernière, d’autres régions restent à découvrir. Il nous tarde déjà.

Rajasthan, un autre temps !

JAISAL P1090768

Nous étions en vacances, nous voici en voyage

C’est au pays des Maharajas que nous débutons ce beau voyage en Inde. Le Rajasthan où comment découvrir les palais de ces princes d’antan, les forts majestueux, les couleurs vivent des étoffes, les odeurs des épices, les saveurs d’une cuisine parfumée…

Mais soyons honnêtes, il n’y a pas que du beau ! Difficile d’appréhender cette pauvreté et tout ce qui va avec. Il faut alors se dire que l’Inde c’est aussi ça et se laisser porter…

Nous espérons que ces quelques photos vous transporteront un instant dans ce pays plein de contrastes que nous apprenons à découvrir depuis quelques semaines.

Vous l’aurez compris, c’est avec un chauffeur, Ameen, que nous avons visité le Rajasthan. C’était finalement une bonne solution pour débuter en terre inconnue. De plus, notre itinéraire par train et bus était ambitieux sur ces 18 premiers jours. Nous ne regrettons donc pas la formule, même « imposée ».

Image1

Après une nuit plutôt compliquée, c’est à Mandowa que nous nous réveillons, première ville que nous découvrons de plein jour, et la surprise est plutôt agréable.

La première haveli visitée nous semble magnifique, nous en visiterons encore, toutes plus belles les unes que les autres.

MANDA P1090441

 

MANDA P1090417
Mandowa

 

Nous découvrons Bikaner, une ville poussiéreuse comme tous les villages que nous traversons pour nous y rendre.

Le fort Junagarh richement décoré nous donne une première idée de la beauté de ces palais.

BIK P1090527

 

BIK P1090524

BIK P1090523

 

BIK P1090507

BIK P1090498

C’est dans un atelier de peinture miniature que nous découvrons cet art. C’est un beau papillon que ce jeune homme réalise en quelques minutes. Elle a bien de la chance sa compagne, manucure assurée toutes les semaines et modèle unique.

BIK P1090542

bik P1090543 (2)

Jaisalmer, ville dorée. 3000 personnes vivent dans l’enceinte du fort. Du sommet du palais, nous pouvons voir les 99 bastions qui encerclent la citadelle. Dans la ville basse, des havelis magnifiques taillées dans le gré couleur miel.

JAISAL P1090730

JAISAL P1090760Nous visitons nos premiers temples qui sont nombreux dans la citadelle et observons les rituels. L’Inde c’est compliqué, son histoire, ses religions… nous aurions dû partir avec « l’Inde pour les nuls ».

Jodhpur, la cité bleue

JODP P1100370

JODP P1100383

JODP P1100380

 

JODP P1100247

JODP P1100371

Une fois encore nous sommes émerveillés par la richesse de ce palais. Outre ses pièces immenses aux décorations étincelantes, nous découvrons de jolies expositions : des berceaux des rois, des palanquins, des peintures miniatures. Des remparts, nous observons la cité bleue. Les indiens terminent la visite par un passage au temple situé au sommet. Nous faisons l’impasse !

JODP P1100151

JODP P1100147

JODP P1100119

JODP P1100113

JODP P1100110

 

Une boutique de quartier, peut être 2 m² !

JODP P1100239

Des tissus à n’en plus finir, splendides mais trop grands pour mettre dans notre sac à dos. Dommage ! On reviendra.

JODP P1100264

JODP P1100443

 

Regroupés sur un même site, trois temples Jain à Ranakpur. Les spécialistes parlent d’un espace de splendeur, d’une réalisation divine.

Le temple compte 80 dômes. Le marbre est sculpté avec une finesse éblouissante. Une galaxie entourée de montagnes enchanteresses.

RANAKJ P1100584

RANAKJ P1100575

 

RANAKJ P1100586

Une poète indien en visite dans ce temple quelques temps après son achèvement a dit en décrivant les splendeurs du lieu que quiconque ne s’était rendu dans ce temple ne pouvait avoir eu une vie pleine. Ouf, c’est fait pour nous !

RANAKJ P1100647 (2)

Udaipur, sur les rives du lac  Pichola. Une ballade en bateau pour observer le coucher du soleil. C’est vrai que cette cité a des airs de Venise.

UDAI P1100791 (2)

A Bundi ce jour là, c’est la fête du cerf-volant. Partout dans la ville, petits et grands lancent le losange en papier coloré. Toutes les terrasses de la ville sont occupées. La vue du sommet du palais est plutôt jolie. L’édifice est en mauvais état mais on devine qu’il devait en son temps être très beau.  Des fresques murales aux tons turquoise et or sont encore visibles, témoignages de l’école de peinture de Bundi.  Que de trésors !

BUN P1100880

C’est avec Alex (elle prend la photo !), Aurélien, David et Cyril que nous allons prendre un chai. Une toute petite échoppe. L’homme écrase avec une pierre les épices à même le sol : poivre, cannelle, gingembre, clou de girofle… le mélange est délicieux, nous apprécions vraiment le thé masala (sans lait !). Un agréable moment.

BUN P1110009

Puskar, important lieu de pèlerinage pour les hindous, avec son lac sacré. Nous déambulons dans la ville, nous regardons les hindous prendre leur bain dans le lac. Nous passons quelques unes des 52 ghat. Partout des temples que nous ne visitons pas systématiquement. Il faut dire que retirer nos shoes tous les 500 mètres, ça finit par gaver !

PUSK P1110034

Jaipur, la ville rose et le palais du vent. Sur 5 étages, l’extérieur de l’édifice est extraordinaire. De l’intérieur, d’innombrables fenêtres ajourées qui permettaient aux femmes du harem de regarder sans être vues.

JAIPU P1110140

City Palace, c’est deux grands palais, dont un en gré rose. Grandiose ! Des cours majestueuses, des portes magnifiquement décorées.

JAIPU P1110200

JAIPU P1110187

JAIPU P1110184

JAIPU P1110183

 

 

JAIPU P1110180

JAIPU P1110178

JAIPU P1110177

JAIPU P1110175

JAIPU P1110172

Nous visitons la salle des armureries qui, comme souvent ne nous intéresse pas. Néanmoins, le plafond est une merveille. Alors, bien que les photos soient strictement interdites, François dégaine l’appareil photo genre ni vu ni connu. Il nous en coûtera 500 roupies d’amende. Alors, si vous pouviez apprécier la photo, merci !

 

JAIPU P1110162

Tout près de Jaipur, la citadelle dorée d’Amber. Le fort est à flanc de falaise. Il ressemble plus à un palais qu’à un fort.

JAIPU P1110310

JAIPU P1110292

Les murs sont en grès jaune et rose décorés de marbre blanc. C’est à couper le souffle. Les murs et les plafonds sont en marqueteries incrustés de miroirs.

JAIPU P1110283

 

JAIPU P1110278

 

JAIPU P1110277

JAIPU P1110147

JAIPU P1110343

La citadelle est un véritable labyrinthe. C’est par un tunnel que nous marchons sur 2 km pour rejoindre le fort de Jaigarh qui domine Amber.

JAIPU P1110334

JAIPU P1110331

Entre chaque ville, nous traversons la campagne qui nous offre aussi de belles images. En  voici quelques unes.

RANAKJ  P1100670

 

RANAK P1100541

Quelles sont jolies ces femmes ! Et toujours au boulot.

JAISAL P1090782

Quelques portraits de ces hommes du Rajasthan

JAISAL P1090701

PUSK P1110095 (2)

 

Le temps d’une promenade en fin de journée à Ranakpur, quatre bambins nous accompagnent. Ils sont beaux !

RANAK P1100514

RANAK P1100469

L’Inde, ses bazars, ses marchés

P1100174 (2)

JODP P1100456 (2)

 

Dans chaque échoppe, un métier. Celui-ci est un peu risqué pour le client !JAUPU P1110368 (2)

 

JAISAL P1090772

 

Et la bouffe alors ? On y vient !

Photo d’un restaurant pas très représentatif de ce qui se fait le plus souvent, mais ça existe et c’est très bon.

JODP P1100434 (2)

 

JAIPU P1110124

Les insolites (entre autres, car ici l’insolite est permanent, pour nous)

UDAI P1100860

JAISAL P1100073

UDAI P1100727

Bien que sacrée, la vache n’est pas l’unique animal. On croise dans les rues chèvres, cochons, dromadaires, macaques, chiens.

 

Au pays des couleurs, les oiseaux aussi s’habillent de façon colorée !

PUSK P1110105

Le temple des singes

PUSK P1110115

PUSK P1110066

DROM P1100058

 Et le Taj Mahal nous direz-vous ?

Au prochain article, car il est dans l’Uttar Pradesh !!!

 

 

Welcome to India

Hey bonjour les amis,

Depuis que je suis arrivé en Inde les anges ailés ne m’ont pas beaucoup sorti. Enfin à Jaipur, j’ai fait une balade en bateau. Mais je ne veux pas m’apitoyer sur mon sort. Laissez–moi vous raconter leur arrivée à New Delhi comme j’ai pu l’entendre et la voir à travers les coutures du sac à dos.
Départ de Melbourne avec la compagnie Air India, c’est parti pour 12h30 de vol. Le vol a plus d’une heure de retard, l’arrivée heure de Melbourne se fait à 1h30 du matin, 18h30 à New-Delhi. Autant dire qu’ils ne sont pas très frais.
Après les formalités de douane, nos deux anges ailés récupèrent leurs bagages.
Avant de quitter l’aéroport, il leur faut trouver de l’argent. Il est 19h30, l’épreuve DAB passée, les voilà enfin fortunés, tout arrive, 20 000 Roupies en poche (260 € !!!!).
Ils décident de rejoindre le quartier NewDelhi par le train ou le métro, leur hôtel étant à 150 mètres de la gare centrale, d’après la carte !!! Fastoche pour les globe-trotters…(en herbe).
Prendre le taxi aurait coûté 600 à 800 R. Alors pas de petites économies, et surtout trop facile de prendre le taxi, ils optent pour un trajet en métro, pour 120 roupies. Dans l’aéroport, l’automate indien qui distribue les « tickets » n’est pas facile à apprivoiser mais il finit enfin par leur cracher 2 jetons bleus genre jeton de caddie. Est-ce la fatigue, l’excitation, l’appréhension, ils partent dans un fou rire ! Ils vont vite déchanter.
Ils ne se pressent pas pour regagner leur hôtel, pensant qu’ils ont le temps avant la tombée de la nuit. Sauf que quand ils sortent enfin de l’aéroport pour rejoindre le métro il est 20h, la nuit est déjà tombée et elle tombe plutôt mal ; mais ça ils ne le savent pas encore !!!! I
Ils prennent le temps d’installer leurs sacs à dos, de régler les lanières, ils font vraiment backpackers à présent. Mais 300 m plus loin, ils sont obligés de tout enlever. A l’entrée du métro, je suis encore chahuté dans le sac, je repasse encore aux rayons. Le contrôle des bagages ici, c’est digne des stations les plus modernes de Paris. Le wagon est plutôt propre. La progression du trajet s’affiche en pointillés bleus sur un écran. 40 mn plus tard, terminus « New Delhi ». Si la ville est aussi belle que la station, elle doit être la vitrine du pays.
Il est 20h45. Est-ce l’obscurité du sac, mais ce que j’aperçois est plutôt effrayant. Il fait noir de chez noir. J’entends les anges ailés demander leur chemin, je glisse un œil au niveau de la fermeture éclair : un soldat entouré d’une plaque d’acier de 30mn, le fusil mitrailleur pointé sur le parvis.
A 20h48, c’est LE CHOC…face à eux, face à nous !, un essaim de tuk-tuks. Ils descendent quelques marches et sont soudain happés par la foule. Ils se frayent tant bien que mal un chemin entre les voitures, les bus, les tuk-tuks, les vagabonds, les chiens, les vaches, et les immondices…
A 21h00, il leur faut traverser la ligne de chemin de fer pour rejoindre le boulevard de l’hôtel. Mais voilà, impossible de passer. De nombreux rabatteurs s’empressent pour leur venir en aide mais ils refusent… Les gars continuent quand même de les suivre, un en particulier.
A 21h10, je les vois se diriger vers des lumières qui scintillent. Sage décision, c’est une voiture de police, ça me rassure. Mais le policier se débarrasse bien vite d’eux et les confie au type qui les suivait depuis 10 mn. Le gars les ramène vers l’entrée de la gare et leur indique la direction à prendre. Encore une vérification des bagages !! Ils montrent leur réservation d’hôtel au préposé au contrôle. Ils se mettent alors à baragouiner en anglais/indien :
« Voulez prendre le train ?»
« Non, traverser la gare et rejoindre notre hôtel »
« Impossible, le passage est fermé, ne marchez pas la nuit seuls, festival, pas sécure, pas sécure, prenez tuk tuk»

21h20, l’homme quitte son poste de contrôle des bagages pour les accompagner jusqu’aux tuk-tuks. Il négocie la course et leur souhaite bon voyage !!! Merci, merci bien, ils ne vont pas être déçus !
Je ne sais pas comment, ils parviennent à charger leurs deux gros sacs à l’arrière de l’engin, et à s’installer sur la banquette, l’aventure commence ! Il faut dire qu’à ce moment de l’épopée, ils sont encore tous fous nos deux anges ailés !!!!
La route est interminable, les barrages de police sont constants, voitures, vaches, cochons, gyrophares, flics armés, feux de camps. J’avoue que moi je ne suis pas très rassuré, est-ce parce qu’il fait nuit ? L’hôtel à 150 m, il est loin quand même !
Au bout d’un quart d’heure, peut-être moins mais ça paraissait très long, une allée plus tranquille. Le tuk-tuk s’arrête à une barrière. Un homme s’approche. Il échange avec le conducteur du tuk-tuk puis s’adresse aux anges ailés toujours en anglais/indien :
« Impossible d’entrer, le gouvernement a fermé le quartier des touristes car il y a eu un attentat contre un bus d’indiens et à Delhi, il y a le festival. Le chauffeur va vous conduire à un endroit où l’on vous aidera à trouver une solution…ne marchez pas seuls, no safety, no safety… »
Et pour rendre plus crédible son histoire, le type sort de sa poche son portefeuille, à l’intérieur une carte partiellement sortie où il est écrit « Police ».
Bon, ça va, c’est la police !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Il est 21h45, la promenade en tuk-tuk se poursuit vers un lieu inconnu. Le chauffeur est antipathique De dos, on aperçoit seulement ses joues qui dépassent de chaque côté de sa tête, cette dernière reposant sur un double coup.
10 mn après, le tuk-tuk arrive dans une ruelle à la lumière blafarde, une chaise de jardin, un chien… un local au-dessus duquel il est noté « ITDC ». Les anges ailés rentrent dans le bureau pensant être dans un genre d’ « office du tourisme ».
Au fond d’un couloir, un bureau, deux fauteuils, un canapé en simili cuir craquelé, le tout dans 5 m2, et là un indien, la quarantaine, la tête patibulaire, habillé petit voyou avec un blouson en cuir. Les anges ailés expliquent les raisons de leur arrivée ici. Le gars semble parfaitement savoir pourquoi ils sont là. Tout en mastiquant, il confirme qu’il est impossible de rester à Delhi, qu’il faut partir dès ce soir. Il leur demande où ils ont prévu d’aller. Encore confiants, les anges ailés expliquent leur programme qu’ils souhaitent faire en train et en bus. L’air assuré, le gars leur explique que c’est impossible de faire ça par eux-mêmes dans ce laps de temps. Il griffonne alors sur un papier le circuit avec le nombre de nuits sur chaque ville, leur montre sur internet les photos des sites et après 10mn de monologue il dégaine son téléphone, parle 30 secondes, raccroche, et écrit sur son papier :
1 330 € par personne, chauffeur et hôtels compris
Il est alors 22h.
Je crois que c’est là que les anges ailés ont percuté qu’ils étaient tombé dans un piège !
Pendant plus de deux heures, nos deux anges ailés ont cherché à se défaire de cette situation, de ce guet-apens !
Ils ont fait appeler l’hôtel où ils avaient réservé mais le type composait lui-même le numéro, autant dire que l’interlocuteur à l’autre bout du fil était très probablement derrière la cloison du bureau ! C’est également le même interlocuteur qu’ils ont dû avoir quand ils ont demandé à réserver un autre hôtel sur Delhi : 380 € la nuit !!!
Perso, j’étais bien content d’être au fond du sac !
A minuit, les anges ailés fatiguent. Le type sort toutes les 10 mn fumer et les laissent seuls devant la feuille qu’il rature depuis 2 heures.
On est passé à 1 195 € par personne
Les anges ailés disent qu’ils veulent DORMIIIIRRR, mais toujours la même réponse : IMPOSSIBLE, il faut quitter Delhi ce soir avec un chauffeur et aller à Mandawa, à 3h de route.
00h15, après sa pause pétard, il appelle à nouveau… le mec derrière la cloison : 950 € chacun
00h20, de son propre chef, il passe à 855 €
Nos pauvres backpackers tentent encore le « on veut dormir à Delhi » mais là, c’est terminé, il faut capituler… et sortir la carte bancaire !!
A 1h du matin, le chauffeur, Amin, se présente à l’agence.
La route est interminable, des endroits improbables, est-ce vraiment là que nos deux backpackers voulaient aller ?
Amin s’arrête en bord de route, une échoppe genre garage, des mecs pas rassurants. Il laisse nos deux anges ailés. A côté de la voiture, une camionnette en piteux état. Un groupe d’hommes et une femme. Cette dernière soulève sa robe, s’accroupie, et… urine.
Amin revient avec deux thés dans des tasses, comment dire… vous voyez !!!
Les anges ailés semblent néanmoins rassurés, Amin est prévenant et attentionné.
C’est à 4h30 du matin que nos anges ailés sont arrivés à Mandawa, épuisés, conscients d’avoir été bien bernés et espérant qu’Amin sera toujours là au réveil !

Pinocchio
WELCOME TO INDIA
Jean-Claude, un ami, nous rappelait il y a peu
la citation de Catherine Grant,
née puis mariée en Inde, jolie femme mais pas très intelligente,
maîtresse puis épouse de Talleyrand :
« Je suis d’Inde » !!